30 July 2021

Inverser le résultat du changement climatique en choisissant l'impact zéro

Les activités humaines ont un poids, les réalités productives laissent une empreinte. Toute action, produit ou procédé a un impact, plus ou moins durable, avec lequel se mesurer dans le présent. Mais avant de chercher à les équilibrer, il faut faire les comptes : émissions en main.

Il y a différentes étapes, avant d'arriver à zéro dans le bilan de notre impact sur la planète.

C'est ce que réclame l'Accord de Paris, que l'Union européenne et 195 pays ont signé en vue d' atteindre zéro émission nette d'ici 2050 : l'année du tournant du XXIe siècle, principale cause de pollution planétaire mais aussi plaque tournante décisive pour relancer, ici et maintenant, le destin de l'avenir.

Repenser, réduire, compenser, ramener à zéro. Ce sont les trois phases qui expliquent les règles du véritable mondial : celui qui nous voit tous sur le terrain, à fonctionner en réseau pour le même résultat.

Nécessaire... mais pas suffisant. Oui, car pour réduire il faut d'abord savoir combien on pollue, pour compenser il faut avoir mis en place toutes les mesures correctives, afin d'être sûr de n'avoir entre les mains que l'inévitable quantité résiduelle de CO2 en ce qui concerne la production. Investir dans la recherche sur les matières premières, faire des choix d'emballages courageux, analyser et améliorer les processus.

Il est essentiel de décider concrètement en fonction de ce qui est émis dans le monde : bref, connaître ses limites, pour s'en donner d'autres. Pas privatives, mais incitatives. 

Empreinte carbone, budget carbone : le vocabulaire de l'impact climatique

Pour lutter contre le changement climatique, nous devons être nombreux, travailler ensemble et réfléchir en faveur de la communauté. Ceci explique le choix de recourir à un langage international.

Bien que vous les ayez entendus maintes fois répétés, vous êtes-vous déjà vraiment demandé ce que signifiaient les mots d'ordre du Green Deal européen ?

Commençons par les bases, par l'expression peut-être la plus citée. Que signifie empreinte carbone ? C'est littéralement l'empreinte carbone, la quantité d'émissions de GES (gaz à effet de serre) générées par le volume d'une activité. Le signe direct ou indirect, pour ainsi dire, de notre passage.

Mais une fois cette valeur mesurée, il faut passer aux faits et établir un bilan carbone. Quoi d'autre que le bilan en termes de CO2, le seuil limite d'émissions que l'on peut se permettre de rejeter dans l'atmosphère pour avoir une chance de rentrer dans les paramètres imposés par l'Accord de Paris et contribuer au changement (positif) de cap

Pour calculer l'empreinte carbone, il est nécessaire d'analyser point par point, en détail, le cycle de vie du produit ou de l'activité examinée. Cette étude s'appelle Analyse de Cycle de Vie (ACV) et prend en considération toutes les phases du processus : de l'extraction des matières premières, puis en passant par la fabrication, le transport, la distribution, l'utilisation, la réutilisation, la maintenance et, enfin, l'élimination.

Compte tenu de tout cela, nous sommes prêts à expliquer la neutralité carbone.

Vérification des faits : le CO2 (incommensurable) se combat par la réduction, l'optimisation et la compensation

Il ne fait aucun doute que le réchauffement climatique global est un processus qui dure depuis plusieurs années.

Selon les estimations du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC), cependant, nous ne pourrons atteindre zéro émission en 2050 que si nous maintenons l'augmentation de la température à moins de 1,5° d'augmentation.

Mais surtout, rester sous ce seuil stopperait la montée inexorable du niveau des mers, la survenue de plus en plus fréquente d'événements atmosphériques extrêmes, l'acidification des océans et les canicules ardentes.

Pour respecter le Green Deal, nous devrions réduire les émissions mondiales de 7,6 % chaque année pendant toute la décennie 2020-2030. Pour avoir la mesure de l'objectif ambitieux, il suffit de prendre en compte à quel point elles se sont effondrées en 2020 avec une pandémie en cours : 7%. Pour maintenir - et surmonter - une tendance de ce type, il faut donc faire beaucoup plus en termes de choix. En réduisant, en rendant les processus efficaces et en compensant.

Sans oublier que les investissements respectueux du climat peuvent générer des millions de nouveaux emplois, une meilleure qualité de la santé et des infrastructures résilientes.

Sur la route de 2050, il y a en quelques mots un objectif intermédiaire fixé pour 2030 : -55% d'émissions. Et pour y parvenir, il faut accélérer immédiatement : réduire les déchets, le faire rapidement.

Compenser : la solution pour réduire l'impact inévitable

Dans les relations, les lacunes sont compensées par d'autres attentions. Comme toute autre relation, celle entre l'homme et la planète Terre repose sur des équilibres délicats et sur la nécessité… d'équilibrer les comptes.

Il existe un quota d'émissions polluantes impossible à éliminer. Pour donner un exemple, celui lié aux transports et aux expéditions. Sur cette portion de CO2 il n'est pas possible d'intervenir avec des actions de réduction, d'efficacité ou de mise à zéro, mais on peut choisir de la basculer vers des projets vertueux comme la reforestation ou, encore, le développement d'énergies alternatives et renouvelables .

Essentiellement, ce pourcentage de pollution résiduelle peut être transformé en initiatives actives de durabilité dans certains coins du monde, donnant forme et substance aux rêves de développement environnemental, social, économique et technologique, en particulier dans les domaines où il a du mal à percer.

Vous souvenez-vous de la catastrophe écologique de l'Amazonie, avec des centaines de milliers d'hectares de forêt dévorés par les flammes criminelles libérées par la déraison humaine ? Ce qui est déstabilisant, c'est qu'à ce jour, le poumon de la Terre émet plus de dioxyde de carbone qu'il ne peut en stocker. Nous parlons d'un des puits d'absorption vitaux pour l'équilibre climatique de la planète. Le garant de notre écosystème, la compensation imméritée dans la nature qui adoucit l'impact de l'exploitation humaine sur la planète qui nous héberge.

Eh bien, aujourd'hui, il ne respire plus. « Les zones où la déforestation est de 30 % ou plus affichent des émissions de carbone 10 fois plus élevées que celles où la déforestation est inférieure à 20 % », indique une étude très récente de Nature . Et la reforestation n'est qu'une des actions que nous pouvons entreprendre pour trouver de l'oxygène, tout au long de la descente vers zéro.

La «part restante» d'Oway, qui a toujours choisi d'agir

La compensation est nécessaire, mais seulement après avoir fait tout ce qui était en notre pouvoir pour comprimer les déchets, adopter des décisions circulaires et montrer que, face au changement, il ne faut jamais s'arrêter. 

Chez Oway depuis de nombreuses années nous avons choisi d'emprunter le chemin avec moins d'impact grâce à l'éco-conception, les matières premières au km 0 issues de l'agriculture biologique et biodynamique, les énergies renouvelables, les contenants 100% recyclables à l'infini, zéro suremballage et, seulement à la fin, les projets de compensation. Un système de valeurs qui, comme nous l'a récemment reconnu le Netcomm Award, se transforme chaque jour en concrétisation. 

En 2020, Oway a choisi de s'envoler vers le nord de l' Inde - une terre de parfums, un temple des cinq sens et un triomphe de tissus et de couleurs - avec un projet basé sur l'installation de deux systèmes de cogénération pour la production d'électricité et chaleur destinée à la consommation locale.

Dans les états du Pendjab et de l'Uttar Pradesh, il existe une abondance de combustible qui n'émet pas de CO2 dans l'atmosphère, qui est la balle de riz, la coque dure qui recouvre les grains. La biomasse, donc : l'enfant combustible de notre époque qui permet de limiter les émissions, laisser de côté le charbon, offrir une opportunité d'investissement aux populations impliquées dans la création de l'usine et suggérer le choix de technologies vertes, avec des bénéfices à long terme.

Pour le transport et l'expédition, mais aussi grâce à eux.

Oui, parce que pour chaque tonne de CO2 produite pendant le transport, une quantité équivalente de CO2 est économisée par un projet certifié de réduction des émissions dans le monde.

Au fond, compenser fait partie de l'activisme. De la révolution circulaire qui est depuis toujours au centre de notre monde.

MORE FROM JOURNAL

N'éteignons pas le futur. Il est temps de consommer moins et de le faire mieux

Les occasions commerciales telles que le Black Friday génèrent un immense gaspillage de ressources. Elles modèlent notre perception des achats, nous poussent à croire dans l'absolue obligation d'acheter et de profiter immédiatement des remises, avec des conséquences dévastatrices sur l'environnement. Le changement ne peut plus attendre : il est temps de retrouver une consommation responsable.

À la découverte d'une Clean Beauty

Interview avec Elda, conseillère beauté chez Oway

À l'école des abeilles pour découvrir comment protéger notre écosystème

Insectes pollinisateurs par excellence, les abeilles volent de fleur en fleur pour s'en nourrir, les protéger et augmenter leur capacité à porter des fruits. Leurs ruches sont un petit mais grand super organisme d'individus sociaux, qui trouvent dans l'écosystème biodynamique l'environnement idéal pour proliférer et exercer leur précieuse fonction en toute liberté.

Select country and language

Close

Nord Europa

  • Estonia
  • Danimarca
  • Finlandia
  • Lettonia
  • Lituania
  • Olanda
  • Svezia

Sud Europa

  • Spagna
  • Grecia
  • Italia
  • Malta
  • Portogallo

Ovest Europa

  • Belgio
  • Croazia
  • Repubblica Ceca
  • Germania
  • Francia
  • Irlanda
  • Lussemburgo
  • Austria
  • Regno Unito

Europa centrale e dell'est

  • Bulgaria
  • Ungheria
  • Polonia
  • Romania
  • Slovacchia
  • Slovenia

Altre

  • Stati Uniti
Fermer

Utente loggato

Fermer