08 November 2021

N'éteignons pas le futur. Il est temps de consommer moins et de le faire mieux

Les occasions commerciales telles que le Black Friday génèrent un immense gaspillage de ressources. Elles modèlent notre perception des achats, nous poussent à croire dans l'absolue obligation d'acheter et de profiter immédiatement des remises, avec des conséquences dévastatrices sur l'environnement. Le changement ne peut plus attendre : il est temps de retrouver une consommation responsable.

La consommation non réglementée, la ruée vers les remises et l'accumulation hâtive de biens inutiles sont devenus le mode d'achat prédominant.

Si autrefois posséder de nombreux biens, qui plus est de valeur, relevait exclusivement de la sphère personnelle et garantissait un rang élevé dans l'échelle sociale, aujourd'hui, la prise de conscience des conséquences sur la planète doit nous inciter à réfléchir à une toute autre échelle : l'échelle globale.

Les ressources s'épuisent et nous ne pouvons plus nous permettre d'encourager des manifestations telles que le Black Friday ou le Cyber Monday, qui accélèrent le désastre environnemental.

Black Friday : pourquoi noir ? et pourquoi un vendredi de fin novembre ?

Les origines et l'histoire du Black Friday se comptent par dizaines de versions différentes.

Partons de sources sûres : il s'agit d'une invention made in USA ayant lieu le lendemain de Thanksgiving et tombant le quatrième jeudi de novembre dans le calendrier. Après Thanksgiving donc, mais aussi aux prémices de la période de Noël. Il a été conçu par les grands magasins Macy's en 1924, pour lancer officiellement les achats des Fêtes de fin d'année.

Et pourquoi noir ? Au-delà de sa commune perception funeste, le noir est la couleur de l'encre qui indiquait un bilan positif sur les livres comptables des commerçants. À l'inverse, l'expression être dans le rouge vient de l'habitude de noter les pertes précisément à l'encre rouge.

Sans être magicien en comptabilité, il est facile de deviner qu'après Thanksgiving les comptes étaient bien remplis, avec une tendance résolument positive. Ce jour marquait le début de la période la plus rentable de l'année pour les commerçants et permettait d'atteindre Noël avec des caisses abondamment… en noir.

Il existe par ailleurs des versions plus figuratives et tristement prophétiques comme celles qui attribuent le noir à l'épais nuage de pollution dû à la circulation des voitures prises dans les embouteillages pour profiter des meilleures remises.

Enfin, des légendes urbaines désormais démenties, associent le nom de cette manifestation récurrente à la date où les esclaves étaient bradés pour être remplacés, en vue de l'hiver, par une nouvelle main-d'œuvre dans la force de l'âge et prête à supporter le labeur de la saison froide.

Le filon en or de l'achat compulsif : comment fonctionne le Black Friday aujourd'hui ?

La durée de cet événement s'est allongée d'année en année.

Les 24 heures de remises originelles se sont transformées en une véritable période d'offres sensationnelles dans tous les secteurs des biens de consommation. Vêtements, technologie, électroménager, jouets, cosmétiques vendus avec comme seul mot d'ordre : remporter quelque chose à prix cassé.

L'éclair de génie de Macy a été imité par de nombreux magasins et centres commerciaux, jusqu'à ce qu'Internet repousse les limites temporelles de la journée pour la muer en une mini saison de soldes.

Les géants de l'électronique mondiale et du commerce électronique se taillent aujourd'hui la part du lion, attirant l'essentiel du trafic et des achats. Le Black Friday est ainsi passé d'un vendredi de bonnes affaires au moment et prétexte à des cadeaux de Noël irréfléchis et achats personnels dépourvus de toute utilité.

Avec pour résultat le gaspillage d'achats insensés. comme unique bien à déballer.

Consumérisme vs consommation responsable : le futur est en jeu

Il est temps de réécrire nos habitudes de consommation, de les rendre pondérées, responsables, mesurées.

 

COMMENT ?

En achetant uniquement le nécessaire et aux bonnes doses.

En réutilisant.

En achetant des articles durables, fabriqués à partir de matériaux résistants.

En privilégiant les produits sans emballages secondaires.

En comprenant que le plastique ne sera jamais un choix durable.

 

Nous pouvons être des protagonistes actifs du changement à travers de petits choix, un engagement quotidien, le pouvoir sur notre mode de vie. Et il est temps de jouer notre rôle.

Initier le changement (absolument) à tout prix

Les personnes et entreprises peuvent contribuer de différentes manières, toutes également nécessaires.

Nous pensons qu'au rayon fruits et légumes du supermarché, tout comme à la parfumerie, les consommateurs doivent plus facilement accéder à des options durables à travers des politiques commerciales courageuses et responsables.

Les producteurs ont le devoir d'éviter les choix non durables à fort impact sur l'environnement.

C'est la démarche concrète que mène Oway au quotidien, à chaque étape de sa chaîne de production.

Dès 2013, nous avons été la première marque de cosmétique professionnelle à remplacer les contenants en

plastique par du verre et de l'aluminium : matériaux recyclables à 100 % et à l'infini.

Nous avons éliminé tous les emballages superflus et, si nécessaire, recourons à des matériaux réutilisables tels que des étuis en bois ou en coton, ou des papiers tree free, écologique et totalement circulaires.

Nous créons des produits agricosmétiques concentrés, riches en actifs végétaux purs et substances performantes qui garantissent des résultats efficaces à petites doses, sans gaspillage.

Nous préférons, aux ingrédients de synthèse, les matières premières d'origine naturelle, telles que les extraits, huiles, hydrolats et macérats issus de méthodes agri-écologiques. Nous pratiquons une agriculture biodynamique et la diffusons auprès d'autres exploitants agricoles car nous croyons au respect de la terre et à l'importance de préserver sa fertilité, en luttant contre l'exploitation intensive de l'agriculture conventionnelle qui entraîne son appauvrissement et sa détérioration.

 

 

Notre vision responsable de la consommation va à l'encontre de la logique du Black Friday.

C'est pourquoi nos canaux de vente, magasins et boutiques numériques, fermeront toutes leurs portes, réelles et virtuelles, le 26 novembre.

Nous espérons que ne pas acheter nos produits contribuera à vous faire réfléchir à vos habitudes. Nous rêvons à ce que ces habitudes responsables résistent dans le temps.

Don’t black out the future. Live the Organic Way.

 

MORE FROM JOURNAL

À la découverte d'une Clean Beauty

Interview avec Elda, conseillère beauté chez Oway

Inverser le résultat du changement climatique en choisissant l'impact zéro

Les activités humaines ont un poids, les réalités productives laissent une empreinte. Toute action, produit ou procédé a un impact, plus ou moins durable, avec lequel se mesurer dans le présent. Mais avant de chercher à les équilibrer, il faut faire les comptes : émissions en main.

À l'école des abeilles pour découvrir comment protéger notre écosystème

Insectes pollinisateurs par excellence, les abeilles volent de fleur en fleur pour s'en nourrir, les protéger et augmenter leur capacité à porter des fruits. Leurs ruches sont un petit mais grand super organisme d'individus sociaux, qui trouvent dans l'écosystème biodynamique l'environnement idéal pour proliférer et exercer leur précieuse fonction en toute liberté.

Select country and language

Close

Nord Europa

  • Estonia
  • Danimarca
  • Finlandia
  • Lettonia
  • Lituania
  • Olanda
  • Svezia

Sud Europa

  • Spagna
  • Grecia
  • Italia
  • Malta
  • Portogallo

Ovest Europa

  • Belgio
  • Croazia
  • Repubblica Ceca
  • Germania
  • Francia
  • Irlanda
  • Lussemburgo
  • Austria
  • Regno Unito

Europa centrale e dell'est

  • Bulgaria
  • Ungheria
  • Polonia
  • Romania
  • Slovacchia
  • Slovenia

Altre

  • Stati Uniti
Fermer

Utente loggato

Fermer